Kumpania de Zivapa, le campo du repos

Tsiganes, Roms, Gitans, Manouches, Bateleurs, Voyageurs, soyez les bienvenus
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Végétaux commençant par la lettre V.

Aller en bas 
AuteurMessage
Zivapa
Admin
avatar

Nombre de messages : 440
Age : 50
Localisation : Sur les chemins
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Végétaux commençant par la lettre V.   Ven 4 Mai - 16:58

Verveine (en cours), violette (en cours), valériane (en cours)..


Dernière édition par le Ven 1 Juin - 16:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kumpania.niceboard.com
Zivapa
Admin
avatar

Nombre de messages : 440
Age : 50
Localisation : Sur les chemins
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Verveine officinale   Ven 4 Mai - 16:59

(en cours)

A - Nom de la plante : la verveine officinale, (Verbena officinalis L.)

Appelée aussi : Verveine commune, Verveine sauvage, Herbe sacrée, Herbe aux sorciers, Herbe aux enchantements, Herbe de sang, Herbe du foie, Herbe à tous maux, Menthe de chat.

Origine du nom.

1 – Description.
Plante vivace originaire d'Europe de la famille des verbénacées.

Culture & Récolte.
Multiplication par semis. Elle se cultive en terre pauvre tassée.

Langage des Fleurs.

Symbolique.
Son nom d'herbe sacrée vient du fait que la verveine est l'herbe que l'on a pressée sur les plaies du Christ pour arrêter le saignement.

2 – Histoire.
Les Romains purifiaient leurs autels avec ses branches.
Hippocrate recommandait la verveine pour soigner la fièvre et la peste. Les médecins de Théophraste Ier l'utilisaient pour traiter les tumeurs de la gorge. Pour cela il fallait couper la racine en deux, en attacher une partie autour de la gorge du patient et suspendre l'autre au-dessus du feu. A mesure que la chaleur et la fumée ratatinaient la racine suspendue, la tumeur se résorbait.
Le premier jour de mai, mois de Flore, il était d'usage dans le Morvan de cueillir de la verveine... avant de passer au muguet.
"Mêlées au vin, la sauge et la rue l'empêchent de nuire. La rue aiguise la vue, l'infusion du fenouil, de la verveine, de la rose, de la chélidoine et de la rue l'éclaircit." (Ecole de Salerne).

Croyances.
On recommandait de suspendre au cou des malades des racines de verveine pour guérir une enflure.
Porté en couronne contre les maux de tête et utilisée en poudre contre les douleurs de la poitrine, la verveine était un remède médiéval très usité.
Sous forme de vin ou d’emplâtre, elle guérissait également les piqûres d’araignées et les morsures de chiens enragés ou de serpents venimeux ou encore la jaunisse.
Dans l'Antiquité, elle était considérée comme une plante magique, une plante sacrée qui servait de couronnes aux "verbénaires", prêtres chargés des traités chez les Romains.
Plante divinatoire pour les druides qui donnait de la joie dans les repas, des revenus si placée dans la maison, une terre ou une vigne et rendait amoureux, paraît-il...
Elle entrait dans les rites magiques des Celtes et des Germains.

Sa récolte à des fins magiques n'est pas simple. Les druides ne la cueillaient qu'en l'absence du soleil ou de la lune, et déposaient sur le sol une offrande de miel. Selon Albert le Grand, elle doit être cueillie au printemps, lorsque le Soleil est dans le signe du Bélier. Selon Delatte, il faut la prélever la deuxième quinzaine d'avril. L'herboriste doit compter trois jours pour la cueillette de la verveine ; au cours de la première nuit, une nuit sans lune, à l'heure de Vénus, le mardi ou le jeudi, on prend possession de la plante par un rite d'attouchement purificateur et par une conjuration ; c'est seulement au matin du troisième jour qu'on la sort de terre. La verveine doit être consacrée au signe du Taureau.

Au Moyen Age, la verveine est une plante magique. Ses graines protégeaient des sorciers. C'était pour les druides une herbe divinatoire qui leur servait lors de leurs incantations magiques. Selon Albert le Grand : "Si on jette de cette poudre dans une compagnie ou entre deux amants, ils auront, peu de temps après, des différends et des bruits ensemble." Mais il dit aussi : "De plus, sa racine est bonne pour ceux qui veulent planter des vignes et des arbres, et les enfants qui la porteront sur eux seront bien élevés et aimeront la science, ils seront éveillés et de bonne humeur. Elle est encore fort utile dans les purgations, et chasse enfin les esprits malins et les démons." Un ancien manuscrit indiquait : "Si on veut donner de la joie et du divertissement à une compagnie dans un repas, on prendra quatre feuilles de verveine que l'on fera tremper dans du vin, dont on arrosera ensuite l'endroit où le repas se fera ; tous ceux qui y seront conviés paraîtront contents et joyeux."

Les personnes victimes d'acné devaient restés dehors la nuit en tenant une poignée de l'herbe enveloppée dans un morceau de tissu. Au passage d'une étoile filante, elles frottaient ce dernier sur leurs boutons et les pustules disparaissaient.

Il existait plusieurs recettes pour se faire aimer : "Le premier vendredi de la nouvelle lune, il faut avoir un couteau neuf et aller cueillir une verveine. Il faut se mettre à genoux, la face tournée vers le soleil levant et, coupant ladite herbe avec le couteau, dire : "Je te cueille, herbe puissante, afin que tu me serves à ce que je voudrais." Puis vous vous lèverez sans regarder derrière vous. Etant dans votre chambre, vous la ferez sécher et pulveriser et ferez avaler cette poudre à la personne," ou : "Si on veut se faire aimer d'un homme ou d'une femme, on se frottera les mains avec du jus de verveine, et ensuite on touchera celui qu'on voudra amouracher."

3 – Vertus.
Elle a des propriétés diurétiques, fébrifuges, astringentes, vulnéraires, détersives, consolidantes.

Elle était aussi dotée de nombreuses propriétés médicinales. Son usage était multiple. Elle était indiquée contre la jaunisse, les maux de gorge, les ulcères, les maladies des reins, de la vessie et de la rate, les maux de dents, les fièvres...
Sa racine guérit les écrouelles et les ulcères.

B - Recettes pour se nourrir.

C – Recettes pour guérir. (Aucun résultat garanti !)
Hildegarde de Bingen confectionnait des cataplasmes avec des feuilles de verveine qu'elle plaçait "sur les parties putrides de la peau ou sur les parties du corps recouvertes de vermine."

Elle conseillait aussi : "Si on a l'intérieur de la gorge enflé, faire tiédir de la verveine dans de l'eau, la mettre ainsi sur la gorge, recouvrir d'un linge et continuer jusqu'à ce que la tumeur disparaisse."

Elle prescrivait une décoction de verveine et de vermouth pour soigner les infections du sang et les maux de dents.


Dernière édition par le Sam 2 Juin - 15:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kumpania.niceboard.com
Zivapa
Admin
avatar

Nombre de messages : 440
Age : 50
Localisation : Sur les chemins
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Violette   Sam 26 Mai - 16:57

(en cours)

A - Nom de la plante : violette, (Viola odorata L.)

Appelée aussi :

Origine du nom.

1 – Description.
Plante des bois et des haies à fleurs violettes ou blanches souvent odorantes. Genre : Viola ; famille des violacées.

Culture & Récolte.
Parties utilisées : feuilles, fleurs et racine. Les feuilles doivent être récoltées en avril, les fleurs à leur complet épanouissement et les racines en septembre. Elles doivent être séchées délicatement à l'ombre dans un endroit sec et aéré.

Langage des Fleurs.
On lui associe la modestie, voire la timidité. Symbole de la constance en amour.

2 – Histoire.
Pindare (518-438 av. J.-C), poète grec : "Venez, ô Dieux de l'Olympre, venez recevoir l'hommage printannier de ces violettes tressées en couronnes (...) ; car, toute brillante, la fête appelle le poète lorsque les saisons au voiles de pourpre rouvrent leur demeure fermée, lorsque le printemps embaumé ranime la fraîcheur divine des plantes."
Les Athéniens vénéraient la violette : ils en paraient leurs maisons et les berceaux des nouveaux-nés. Ils en faisaient également des couronnes pour les festins. Ils lui prêtaient des vertus rafraîchissantes, propres à guérir les céphalées provoquées par l'ivresse.

Les Romains les considéraient comme des fleurs de deuil, de souvenir et d'attachement aux défunts. Ainsi ornaient-ils les tombes de couronnes de violettes le jour des morts, baptisé pour cette raison "jour des violettes" (Violaris dies).

En nos jours, la violette compose les couronnes destinées aux vainqueurs des concours poétiques qui se déroulent au sein des cours d'amour. Ainsi l'Académie toulousaine, appelée à devenir l'Académie des jeux floraux, choisit-elle comme suprême récompense la violette de Toulouse.

La violette était cultivée au Moyen Age pour ses propriétés médicinales. Elle était tenue en grande estime par Hildegarde de Bingen.

Symbolisme.
Elle est l'emblème de la jeunesse, de la beauté et de la générosité.
Les Princes de l'Eglise ont pris sa couleur, également utilisée pour le deuil des Rois.

Croyances.

3 – Vertus.
Elle a des propriétés émollientes, résolutives, pectorales, cordiales, purgatives.

B - Recettes pour se nourrir.

C – Recettes pour guérir. (Aucun résultat garanti !)

Hildegarde de Bingen indiquait : "Faire chauffer de l'huile d'olive au soleil ou sur le feu, ajouter des violettes de façon à l'épaissir et conserver dans un récipient en verre. Pour la nuit, s'en frotter les yeux et les paupières sans toucher la partie interne des yeux et on s'éclaircira la vue."

Contre la dépression, elle disait : "Fais bouillir des violettes dans un vin pur, filtre-les à travers un linge et ajoute à ce vin du galanga ainsi que du bois doux (réglisse), autant que tu voudras, et fais-en un breuvage clair."


Dernière édition par le Sam 2 Juin - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kumpania.niceboard.com
Zivapa
Admin
avatar

Nombre de messages : 440
Age : 50
Localisation : Sur les chemins
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Valériane.   Ven 1 Juin - 16:06

(en cours).

A - Nom de la plante : la Valériane officinale, (Valeriana officinalis L. ; Valeriana fexcelsa P. ; Valeriana sambucifolia M.)

Appelée aussi : Herbe-aux-chats, Valériane sauvage, Herbe aux coupures, Herbe à la femme battue, Herbe à la meurtrie, Herbe au loup, Herbe de Saint Georges, Guérit-tout, Herbe Notre-Dame.

Origine du nom.
Latin médiéval : valeriana.

1 – Description.
Plante des lieux humides à fleurs blanches, roses ou jaunâtres. Plante vivace d’Europe, genre valeriana, famille des valérianacées.
Son odeur attire les chats.

Culture & Récolte.
Multiplication par semis et éclats de pieds. Elle se cultive en terre riche en humus et humide.

Langage des Fleurs.
Symbolique.
2 – Histoire.
Croyances.

3 – Vertus.
Vertus médicinales : sédative, antispasmodique, antiépileptique, hypnogène, anticonvulsante.

B - Recettes pour se nourrir.
C – Recettes pour guérir. (Aucun résultat garanti !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kumpania.niceboard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Végétaux commençant par la lettre V.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Végétaux commençant par la lettre V.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ouf!! - Le 16.XII.1456 - R - TOP (Lettre du maire)
» Lettre d'introduction de l'ambassadeur Flamand
» Lettre à HIRO HITO
» Lettre publique à la comtesse Illustre.
» [ Boite à outils] Modèles de lettre pour non inscrits

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kumpania de Zivapa, le campo du repos :: Les Roulottes et les Tentes :: La roulotte de la mémoire :: Herboristerie, botanique...-
Sauter vers: