Kumpania de Zivapa, le campo du repos

Tsiganes, Roms, Gitans, Manouches, Bateleurs, Voyageurs, soyez les bienvenus
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Anjou, Saumur, consultation d'Ursan

Aller en bas 
AuteurMessage
Zivapa
Admin
avatar

Nombre de messages : 440
Age : 50
Localisation : Sur les chemins
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Anjou, Saumur, consultation d'Ursan   Dim 24 Juin - 23:26

Installée au confort sur les coussins qui entourent la table basse, Zivapa rêvasse en attendant son rendez-vous. I machka, le chat, est allongé contre son flan.
Ursan, ses cheveux de jais ébouriffés, le regard plus noir que jamais, frappe à la porte de la roulotte deux petits coups discrets.
Zivapa et le chat Nimbus relèvent la tête de concert. Par la porte ouverte, elle voit un gadjo aux chevaux aussi noir qu'il porte le regard. Noir dans le noir, leurs iris se renvoient leur propre image.


« Entre, gadjo, si tu es Ursan.
- Je suis bien Ursan. »

Il entre, tâchant de ne pas montrer son trouble. C'est la première fois qu'il voit une diseuse de bonne aventure.
Zivapa lui sourit chaleureusement.


« La bienvenue en miri vurdon, ma roulotte. Assieds-toi au confort sur ces coussins, tu y seras mieux. »

Ursan avise les coussins et s'y installe en silence. Doit-il parler ? La laisser deviner pourquoi il est là ? Il s'oblige à la patience et lève les yeux vers elle, regard dans regard. Zivapa prend le coffret en bois de rose, là où sont rangés les Tarots. Elle apprécie ce moment, ce premier instant où aucun gadjo ou gadji ne réagit de la même façon. Elle sort les Tarots et les pose au devant d'elle, entre eux deux. Elle lui rend son sourire.

« Alors gadjo... Tu es venu pour mes Tarots... Tu as songé à la question que tu voudrais leur poser ?
- Je... Je ne savais pas qu'il fallait leur poser une question mais je ne devrais pas avoir trop de mal à la formuler. »

Il se tait un instant puis reprend.

« Faut il que je pose ma question à voix haute ?
- Il me faut connaître la question, gadjo, car on ne lit pas les Tarots de la même façon pour un chemin de coeur que pour un chemin d'ambition...
- Ma question ne concerne pas l'avenir mais le passé. Il me trouble car je ne m'en souviens que par bribes, ses fantômes me hantent. Dois-je apprendre qui j'étais ou au contraire fuir qui j'étais ? »

Il hésite à ajouter quelque chose, reste finalement coi. Zivapa reste coite également quelques instants, sidérée...

« Le... le passé ?
- Vous ne pouvez pas savoir, peut-être... »

Elle réfléchit intensément.

« Les Tarots parlent de devenir... ils pourront mettre en avant les conséquences du passé dans ton devenir... et te conseiller la façon dont tu peux y réagir... mais juste le passé... nenni... ils ne connaissent rien des lois, des familles, des lignages... des évènements. Ils peuvent te dire... oui... il peut en ressortir quelque chose sur ce choix... »

Ursan opine doucement de la tête.

« Cela me convient. Je veux juste savoir si dans l'avenir, je dois laisser mon passé dans l'ombre ou le mettre dans la lumière.
- Si fait, certains arcanes sont révélateurs à ce sujet... alors nous allons les interroger là-dessus : Dois-tu apprendre qui tu étais ou au contraire fuir cela ? Effacer le passé ou le révéler... C'est la première fois qu'on me pose telle question. Par Dev, cela va être ardu. Mais j'aime les défis... »

Ursan sourit.

« Moi aussi. »

Zivapa mélange les cartes en se concentrant sur la question, tous ses sens et forces vives consacrés à la lecture des cartes à venir. Le chat s'est assis contre elle, et fixe intensément le gadjo de son regard vert immobile.
Comme à chaque lecture et pour distance conserver entre eux, elle emploie le voussoiement, pourtant peu à son habitude.


« A prime vous allez couper le jeu. »

Ursan coupe le jeu à la 8e carte à main gauche. Zivapa reprend le jeu coupé et étale les cartes entre eux deux, face cachée sur le dessus.

« Ores vous allez choisir une carte en vous concentrant sur votre état d'esprit présent, kathe thaj adadives, ici et maintenant, au regard de votre question. »

Ursan se concentre sur les images de son passé, une fillette blonde, deux femmes qui se battent, un couteau qui ouvre ses poignets et d'une main tremblante, choisit une carte. Zivapa prend la carte indiquée, la 8e à main gauche, et la pose à part des autres, toujours face cachée sur le dessus.

« Ores vous allez m'en montrer trois, en songeant à votre question, très fort... »

Ursan essaie de se concentrer de nouveau mais le visage de Kerowynn se présente à lui. Il le chasse d'un mouvement agacé de la tête, avant de choisir les 3 cartes demandées. Zivapa prend chacune des cartes et les rapproche de la première, les disposant en forme de croix.

« Voilà comment je procède, Ursan. Je vais lire chacun des arcanes l'un après l'autre et parfois les associer entre eux. A la parfin, je calculerai votre arcane caché qui m'aidera à conclure. Vous pouvez m'interrompre quand vous le désirez, bien sûr... »

Ursan acquiesce d'un mouvement de tête, déglutit difficilement.

« La première est d'importance, car placée là, elle va me parler de vous, kathe thaj adadives, ici et maintenant... Si ce que je vais lire est trop éloigné de vous, il faudra me le dire, car ce serait que mes Tarots ne parlent pas. Cela arrive parfois.
- Je vous écoute. »

Zivapa retourne la première lame, l'annonce et se concentre.

« C'est le 4e arcane, l'Empereur. »



« Quatrième lame du tarot, l'Empereur est l'arcane de la masculinité par excellence. Il est représenté couronné, majestueusement assis sur un trône. »

« L'Empereur est symbole de travail, de labeur et l'emblème masculin par excellence. Il vous représente. L'Empereur me dit de vous que vous êtes homme de caractère et de pouvoir. Vous contrôlez vos émotions. Pour vous, le but de l'esprit est l'action. Votre raison l'emporte sur vos émotions et vos instincts... Et si vous y cédez, c'est avec force et énergie... Vous êtes stable, équilibré, sûr de vous. Vos qualités peuvent également devenir vos défauts et vous pouvez à l'occasion faire preuve de trop d'autorité, de trop de rigueur... Souventes fois, on vous voit comme un guide ou un modèle, en tous les cas un meneur... Voilà ce que me dit l'empereur. Pensez-vous que cela puisse vous ressembler, Ursan ? »

Ursan sourit.

« Je ne suis qu'un vagabond... J'ai du caractère, il est vrai, mais de là à être un modèle pour quelqu'un... »

Il hésite, réfléchit, pense à son passé, à ce qu'il s'en souvient.

« Peut-être... Peut-être étais-je ainsi dans mon passé. »

Il murmure.

« Oui... J'étais ainsi. »

Ursan acquiesce pour Zivapa.

« Vous pouvez continuer. »

Zivapa acquiesce.

« Un vagabond... un voyageur... Etre un modèle pour quelqu'un n'est point question de statut... »

Elle sourit.

« La force attire les faibles qui y puisent eux-mêmes leur forces... Mais voyons la suivante... Nous entrons alors vraiment dans le message des Tarots... »

Zivapa retourne la lame, l'annonce et se concentre.

« C'est le 20e arcane, le Jugement. »



« Le Jugement, souvent associé au réveil des morts ou à la Résurrection, est le vingtième arcane du Tarot. Un ange auréolé sonne de la trompette dirigée vers la terre. Au bas de la lame, un homme et une femme sont face à un enfant. »

« Le Jugement est symbole de renouveau... au regard de votre question, le Jugement parle en effet de devoir à accomplir, de l'expiation d'une faute, d'agitation et d'enlisement. Il annonce la fin d'une période, d'un cycle, en bon comme en mauvais, mais très rapidement... Quelle qu'elle soit, vous prendrez votre décision et il se peut que cela vous soit imposé par un évènement extérieur... Mais les jours qui s'ensuivront seront difficiles. Cet arcane parle du poids du passé, si fait, d'expiation. Quand il est placé po caco va, à dextre, il montre que cela formera les principaux obstacles de votre chemin. Le fait de choisir ne rendra pas votre vie plus facile mais la Force de l'Empereur vous aidera, je le cuide. Vous subissez ce passé. Le Jugement vous conseille de trancher, il est temps de faire un choix. Voilà le message du Jugement.
- C'est pour cette raison que je suis venu vous trouver, pour enfin trancher. Et je sens cette expiation dans mes souvenirs... mais cela ne me dit pas dans quel sens, je dois trancher. Dois-je savoir ou m'en abstenir ?
- Peut-être l'arcane suivant, celui des atouts, nous le dira... L'Empereur est un arcane positif qui montre que vous avez les capacités morales de surmonter les obstacles... Le Jugement est un arcane neutre qui ne décide point, juste il indique le devenir proche... voyons le suivant... »

Zivapa se sent fébrile, ce tirage est si inhabituel... elle se demande quelle carte a choisi Ursan parmi les 22 arcanes et si ce choix délivrera un message clair. Elle retourne la lame, l'annonce et se concentre.

Ursan ouvre grand les yeux et les oreilles, anxieux.

« C'est le 8e arcane, la Justice. »



« Le huitième arcane du tarot ouvre sur la froideur d'une femme représentant la Justice, gardienne de la vérité. Ce personnage féminin semble tenir facilement ce glaive lourd qu'elle tient de sa main, parce qu'il est soutenu par tout ce qui est bon et juste. La balance à son centre est l'attribut traditionnel de la Justice. »

Ursan regarde la femme et la balance, se demandant si cela n'est pas encore une carte neutre et ce que va pouvoir lui dire la voyante. Il se trémousse d'impatience entre les coussins.

« La Justice est le symbole de la quête de Vérité, Ursan... »

Ursan hoche la tête.

« La vérité... »

Ursan réalise ce que cela signifie et déglutit avec difficulté.

« Vous êtes lucide et ressentez ce besoin : la Vérité. Vos atouts sont là, la Force de l'Empereur et la lucidité de la Justice. Bien sûr, elle évoque aussi les procès... Je ne sais si cela correspond à votre vie, mais il se pourrait que cette quête de Vérité, la décision de tout dire - car pour moi c'est le conseil des Tarots à travers la Justice - cet révélation entraîne procès ou tout au moins tractations... ce genre de choses... Comme cet arcane est négatif mais placé au sens des atouts, il vous promet un devenir ardu. Faites preuve de prudence sur ce chemin de Vérité, vérifiez bien chacun de vos pas, si jamais bien sûr vous choisissez ce chemin...
- Je ne peux vous dire si cela correspond à ma vie, à mon ancienne vie, mais elle semblait faite de douleurs et de joies. Je suis navré mais cela ne me dit pas si je dois vraiment rechercher mon passé ou pas. La dernière carte va le dire ? »

Il semble inquiet. Zivapa fronce ses fins sourcils et plisse le nez.

« Si fait cela le dit... à mon sens en tout cas.
- Non... Vous êtes sûre ?
- La quête de Vérité ... à quoi d'autre cela pourrait-il s'adjoindre ?
- Mais cela semble si négatif... des procès, des tractations...
- Il faut que vous recherchiez ce passé... tout le dit... l'expiation, le poids du passé du Jugement... »

Zivapa s'attriste. Ursan baisse les yeux.

« Mes Tarots ne sont point complaisants quand ils ne le doivent point... mais la lecture n'est point finie, il reste deux arcanes... »

Ursan grimace un sourire.

« Non, elles ne sont point complaisantes et oui, il reste deux cartes. »

Il relève les yeux.

« Allons y. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kumpania.niceboard.com
Zivapa
Admin
avatar

Nombre de messages : 440
Age : 50
Localisation : Sur les chemins
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Anjou, Saumur, consultation d'Ursan   Dim 24 Juin - 23:26

Zivapa acquiesce d'un hochement de tête. C'est toujours difficile pour elle de transmettre ces messages difficiles. Elle retourne la lame, espère que le choix d'Ursan sera plus optimiste, l'annonce et se concentre.

« C'est le 5e arcane, le Pape. »



« Cinquième arcane, le Pape, un homme de grande stature et de grande sagesse, est assis sur un trône. Il porte une barbe blanche et tient un sceptre. Vêtu d'une lourde robe aux couleurs vives, cette lame peinte évoque la bonté. »

Ursan s'étonne de voir un tel homme. Un pape ! Se demande ce que la religion vient faire là dedans. Ursan hésite puis pose la main sur celle de la voyante, la crainte chevillée au corps.

« Peut-être... Croyez-vous qu'il soit utile de lire toutes les cartes que j'ai choisies ? Est-ce qu'elles apportent quelque chose ? »

Zivapa qui se sentait apaisée de voir surgir le Pape, se retrouve inondée des craintes et des doutes d'Ursan. Au geste du gadjo, i machka, le chat, hérisse son poil et se redresse, le dos en arc de cercle. La Bohémienne reprend sa main et calme l'animal d'une caresse.

« C'est comme vous le désirez, Ursan... Mais le Pape apaise... Mais si vous le souhaitez, nous pouvons cesser là... c'est votre décision. Vous le souhaitez ? »

Ursan plonge son regard dans le sien, l'air dur.

« Je ne sais pas ce que contient mon passé ou ce que vos cartes peuvent révéler... ni ce que vous pourriez révéler, vous... Etes-vous comme les prêtres à qui l'on peut tout confier sans crainte ou comme ses femmes qui ne peuvent garder secret en leur sein ? »

Zivapa reçoit la froideur du regard comme une gifle.

« Je ne sais rien de votre passé. Vous êtes venu me voir en confiance. Je ne puis faire d'autre révélation que les symboles de mes arcanes. Point ne suis bengli, sorcière, et c'est insulter mon honneur de Rom, ne serait-ce que d'effleurer cette idée. »

Sa main instinctivement caresse le bas de son dos afin de vérifier que sa dague y est bien à sa place. Ses yeux ne sont plus que le reflet de la noirceur d'un puits sans fond.

« Je ne suis ni prêtre ni sotte évaporée. Je suis une Drabarni, liseuse de Tarots et guérisseuse. Je ne souhaite qu'aider et si vous ne pouvez entendre le message des Tarots, c'est à vous seul qu'il vous faut poser question, Ursan. »

Sa voix est à l'unisson de son regard, posée mais de glace. Ursan l'écoute et tâche de se détendre.

« Je ne voulais point vous insulter. J'ai peur de ce que pourraient dire vos cartes, des choses que vous ne me diriez pas ou au contraire que je ne voudrais pas que vous sachiez. Mais j'ai besoin de savoir. Continuez, je vous prie. »

Zivapa sent les battements de son coeur revenir à plus de calme, et le chat Nimbus également, qui vient se poser sur ses genoux, comme pour lui faire rempart de son corps. Ursan a surpris le geste de la bohémienne dans son dos et se renfonce dans les coussins pour qu'elle ne prenne pas son attitude pour de l'agressivité.

« C'est que j'ai caractère assez trempé également... »

Un sourire éclot sur les lèvres d’Ursan.

« Il en faut.
- Si fait... si fait... »

Elle reprend ses esprits, respire calmement pour retrouver sa concentration et fixe son attention sur le 5e arcane, le Pape.

« Il est symbole d'instruction et de savoir, et placé en haut, vous représente dans votre devenir.
- Ca n'a donc aucun rapport avec Aristote et l'Eglise ? »

Ursan rougit légèrement.

« Absolument aucun... sauf sur le chemin de coeur où il confirme mariage et baptêmes... Vous avez la force de l'Empereur, et les Tarots vous soufflent qu'une fois cette quête de votre passé, de la vérité réalisée, alors vous aurez la sagesse du Pape. Arcane positif, il est pardon, consolation et bienveillance. Il est un symbole, au même titre que tous les autres... »

Ursan se détend et soupire légèrement.

« Il dit aussi que vous pourriez trouver aide dans votre entourage, un homme sur qui compter... afin de vous aider dans les épreuves. »

Toute à sa lecture, Zivapa ne ressent pas le soulagement du gadjo.

« De plus...
- Un homme ? Vous voulez dire un être du sexe masculin ? »

Elle relève la tête.

« Si fait, sur votre devenir, il y a un homme, donc de sexe masculin, comme vous. »

Elle ne peut s'empêcher de sourire.

« De plus, lié à la Justice, il annonce la conclusion de tractations et si l'on y ajoute encore l'Empereur, un procès gagné... Tout se lie... S'il y a procès ou tractations, ils seront à votre avantage car le Pape sait négocier, c'est un bon médiateur. Il a l'esprit conciliateur. »

Elle lève les yeux et ne peut s'empêcher de le narguer quelque peu...

« Cela ne doit pas être tout de suite, tout de suite, car vous allez devoir apprendre ces qualités... Mais une fois les épreuves surmontées... le devenir se présente sous de bons auspices. »

Ursan fronce les sourcils.

« Je vais devoir apprendre à négocier pour retrouver mon passé ? Vous êtes sûre que c'est un homme ? La seule personne que je connaisse et qui sache qui je suis est une femme... Mais elle ne veut rien me dire et...
- Une femme ? La Justice... la quête de la vérité... ce détail conforte mon idée... qu'il faut vraiment que vous alliez dans ce sens... L'homme dont parle les Tarots est là pour vous aider, je n'ai point dit qu'il "savait". Quand à ces qualités, la Vie vous les fera acquérir. »

Ursan grommelle.

« Ca risque de prendre du temps. Et la dernière ? Elle dit quoi ?
- Si fait... autant votre décision, votre choix semble être dans un très proche devenir, autant cette quête semble être plutôt longue... C'est votre arcane caché. Pour cela il me faut additionner tous les chiffres de chaque arcane. »

Elle pose le doigt sur chacun des chiffres, plisse le nez. Elle ne le montrera pas devant ce gadjo, nenni, mais cela lui est grande souffrance... argh... comme elle déteste cela.

« Alors... 4... + 20... + 8... + 5...
- 37.
- 37 ? Sûr ? »

Ursan a parlé sans réfléchir, se penche en avant pour savoir ce qu'il en découle. Elle fait mine de recompter...

« Si fait... 37...
- Oui, sûr ! Alors ?
- 3 + 7 qui font dix, ça je sais... C'est le 10e arcane, la Roue de la Fortune. »



« Le dixième arcane du Tarot montre une roue où sont figurés trois animaux. En phase ascendante, c’est un chien pourvu d'un collier, signe de soumission ; au sommet, c’est un sphinx couronné, signe d'accomplissement et en phase descendante, un singe symbolisant la décadence. Ces trois animaux illustrent ainsi un cycle d'évolution où la position dominante est difficile à maintenir, le haut de la roue étant en équilibre instable. La Roue de la fortune est animée par un mouvement rotatif, dans lequel tous événements, expériences, occasions et possibilités futures s'élèvent et retombent, sous la forme de dualités, comme la naissance et la mort, le bien et le mal, l'abondance et la pauvreté, l'espérance et le désespoir. »

Rien qu'à voir la carte, Ursan se dit que ce n'est pas bon signe. Tout cela a l'air si précaire, si instable. Ursan finit par sourire. Cette carte représente sa vie actuelle, instable, précaire, ne sachant si elle doit aller dans un sens ou dans l'autre. Que va en dire la bohémienne ?

« En conclusion, la Roue de la fortune vous rappelle que vous êtes maître de votre destin et qu'il vous appartient de la faire tourner. Vous devez vous prendre en main. A vous de faire bouger les choses.
Vous faites preuve de beaucoup de présence d'esprit ou d'intelligence subtile. Vous ne manquez ni d'initiative, ni de spontanéité : vous aimez que les choses bougent, avancent. Ce qui vous incarne ici, c'est la volonté ou la capacité de saisir les occasions, comme l'on dit couramment saisir la balle au bond. Vous développez une énergie positive, génératrice de transformations. Par rapport à un problème donné, vous savez déjà que des solutions existent et qu'il est temps de les mettre en pratique. En bref, vous faites tourner la Roue... Tout cela ne tient qu’à vous… pour revenir à cette femme, que je pense voir représentée par la Justice, écoutez le Conseil des Tarots : soyez bon négociateur… convaincre, c’est séduire… Voilà le message de mes Tarots, gadjo... J'espère que tu n'es pas déçu... »

Ursan relève la tête des cartes et regarde la bohémienne, consterné.

« Vous voulez dire qu'il faut que je la séduise pour qu'elle me révèle qui je suis ?
- Je ne sais... Tout dépend ce que vous entendez par séduire... pour moi, il y a plusieurs sens... Vous dites qu'elle connaît votre passé et qu'elle appartient à votre entourage... mais ne veux rien vous dire... Il y a comme une sorte de contradiction, non ? Alors je me dis qu'il y a raison...
- Elle a peur des conséquences.
- Et tu sais, gadjo, parfois je vais au marché sans idée d'acheter des fruits mais le vendeur est si bon camelot que je repars avec un panier de poires. Alors qu'elle t'en parle... si elle te suit, il y a raison. »

Ursan ne saisit pas ce qu'elle veut dire avec ses fruits. La vue de Kerowynn, les seins remplacés par des fruits, le fait sourire un instant. Il chasse l'image.

« Non, c'est moi qui la suit... pour échapper au passé. Mais il me hante. S'il ne tenait qu'à moi, je ne chercherais pas à le connaître. »

Zivapa fronce les sourcils.

« Je ne te comprends pas gadjo... tu me diras, c'est une constante... je vous trouve si compliqués... Ton passé te pèse, oui ou non ?
- Oui. Du moins, le peu que je me souviens. Je fais des cauchemars, toutes les nuits. »

Zivapa acquiesce.

« Vois-tu une autre solution pour régler cela que le regarder en face ?
- Partir loin... très loin... »

Il soupire.

« Non, vous avez raison... Il vaut mieux que je retourne en Bourgogne et que j'apprenne qui je suis. »

Un silence.

« Qui j'étais.
- Si tu ne le fais pas, tes cauchemars te poursuivront sans cesse jusqu'à la fin de ta vie alors que si tu le fais, tu as une chance sur deux de comprendre... et comprendre, c'est soigner... et soigner, c'est guérir, gadjo...
- Si j'ai commis des crimes dans mon passé, je ne risque pas de guérir... »

Ursan a un pâle sourire.

« Merci pour le tirage, Dame bohémienne.
- Si tu as commis des crimes, tu répareras tes fautes et ainsi tu laveras ton honneur et for l'honneur, point de salut... »

Ursan lève un sourcil.

« hummm... Oui... l'honneur. »

Il se lève.

« N'oublie jamais tes forces et tes atouts, gadjo... ne perds point confiance... Bakht tu ke, que la Chance t'accompagne.
- Merci. »

Il ne trouve rien à ajouter et la salue d'un mouvement de tête, la mine triste, avant de sortir de la roulotte. La Bohémienne suit des yeux cet homme entré là plein d'espoir et qui sort noyé par la tristesse. Elle regarde ses Tarots, un petit pli d'amertume au coin des lèvres et les range dans leur coffret, rabattant sèchement le couvercle sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kumpania.niceboard.com
 
Anjou, Saumur, consultation d'Ursan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Duché] Château-la-Vallière / Castel-en-Anjou
» [Seigneurie de Brissac] Faye d'Anjou
» Guerre contre la Bretagne et l'Anjou
» Histoire des relations Poitou / Anjou - 09/10/1453
» [Seigneurie de Château-la-Vallière / Castel-en-Anjou] Courcelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kumpania de Zivapa, le campo du repos :: Les Roulottes et les Tentes :: Le refuge de Zivapa :: La roulotte de Zivapa :: Quand Zivapa lit les tarots :: Anjou-
Sauter vers: