Kumpania de Zivapa, le campo du repos

Tsiganes, Roms, Gitans, Manouches, Bateleurs, Voyageurs, soyez les bienvenus
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Anjou, Saumur. Consultation de Kerowynn

Aller en bas 
AuteurMessage
Zivapa
Admin
avatar

Nombre de messages : 440
Age : 50
Localisation : Sur les chemins
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Anjou, Saumur. Consultation de Kerowynn   Mer 27 Juin - 1:20

Zivapa s'est assoupie après sa première lecture... Elle émerge un peu hagarde de sa petite sieste... Heureusement, la seconde gadji n'est pas arrivée. Elle prend l'eau qui reste toujours chaude grâce au petit brasero d'intérieur qu'elle possède et se prépare jekh teja, une tisane. Puis elle attend, curieuse de savoir quel défi devront relever ses Tarots ce soir. Kerowynn gratte à la porte, un peu inquiète mais décidée. Entendant du bruit à l'intérieur, elle recule d'un pas, espérant que la porte s'ouvre. La Bohémienne a l'oreille aiguisée et alerte. Les pas d'une gadji se font entendre, même discrets... Elle va ouvrir la porte. Elle reconnaît la gadji entraperçue en taverne hier... Kerowynn lève les yeux vers la Dame très brune qui se tient devant elle, impressionnée, elle lance :

« Bonsoir Dame Bohémienne... Je… j'espérais que vous pourriez m'aider.
- Je l'espère... Kerowynn... je ne me trompe pas ? Entre, gadji, et allons nous asseoir. »

D'une main accueillante, elle lui montre la table basse entourée de coussins. Elle jette un coup d'oeil à son petit monde tout en dégradé de rouge, aux bouquets de plantes pendus tête en bas, aux pots emplis de simples... Ah... elle a oublié de ranger le violon d'Ando. Tout en regardant les souvenirs de sa vie d'antan, elle s'assoit au confort au creux des nombreux coussins. I machka, le chat, Nimbus, attiré par la voix étrangère, vient la rejoindre et fixe sur la gadji son regard vert immobile. La jeune femme entre, tranquillisée par le sourire et le ton accueillant.

« Oui, Kerowynn, c'est bien mon nom. »

Elle s'assoit avec légèreté et se permet de regarder alentour. Ambiance chaleureuse, effluves mêlés. Elle revient à la bohémienne, la détaille en silence. Cette Dame dégage quelque chose, et lui inspire une confiance presque instinctive. Le chat à ses coté la fixe, elle s'interroge sur ce qu'il peut bien penser.

« Je ne sais pas trop ce que je suis venue chercher... des réponses sans doute. »

C'est l'heure entre chien et loup. Zivapa attrape deux trois bougies sur une étagère et les allume. Juste sous la cire, en transparence, on aperçoit quelques violettes. Zivapa se souvient. Elle les a confectionnées en Bourgogne. Un léger sourire volette sur ses lèvres. Elle reprend le fil de sa vie. Une gadji a besoin de son don. Le coffret en bois de rose n'est même pas refermé et elle y puise le jeu de Tarots.

« Phen mange... dis-moi... Dis-moi la question que tu voudrais poser à mes Tarots...
- Eh bien... »

Kerowynn essaye de formuler sa demande sans vraiment y parvenir.

« Je compte beaucoup sur le hasard ou ce qui en tient lieu d'habitude, mais ces derniers temps, j'ai l'impression qu'il m'abandonne, me laissant à un croisement. Je ne sais par où avancer. »

Kerowynn sourit faiblement.

« Ce n'est peut-être pas assez précis ?
- Mmm... Toute une vie... Si fait, l'on peut interroger les Tarots sur un chemin de vie, mais sache que plus la question est vaste, plus vaste est la réponse... N'y a-t-il point un chemin que tu voudrais voir éclairé plus que les autres ? »

Kerowynn se mordille les lèvres, et fait un effort visible sur elle même pour dire d'une voix basse:

« Oui... le… L’amour, je voudrais savoir ce que la vie me réserve. Je voudrais savoir si je peux espérer aimer à nouveau. »

La Bohémienne pose sa voix en sourdine et lui dit aussi bas :

« Si tu as connu l'Amour, le Vrai, une fois, alors déjà tu es riche et ton coeur doit sourire... car nombre d'hommes et de femmes aux poches emplies d'écus ne savent point ce que vaut la richesse de ce sourire-là... »

Elle reprend à voix normale.

« …et oui, nous pouvons interroger les Tarots sur ton chemin de coeur. »

Prenant les cartes, elle les mélange. I machka, le chat, Nimbus, s'approche de la gadji, semblant y porter grand intérêt.

« L'amour Vrai… je ne sais pas, j'ai eu l'impression de donner beaucoup, oui. Mais je ne crois pas avoir croisé le partage. »

Elle se redresse, plongeant son regard dans celui de la bohémienne.

« Mais si je ne devais avoir qu'un but, ce serait celui-là. »

Puis plus bas.

« Seulement, la vie est chiche de çà. Elle offre d'autres choses en contrepartie. L'amitié par exemple. »

Son regard redescend sur le chat.

« Et les cartes qui auront peut-être la réponse à ce désir vivace. »

Concentrée en ses forces vives pour se consacrer aux Tarots, Zivapa semble se replier un peu en elle-même. Le calme détend ses traits, elle n'est plus lors que la Drabarni. Elle passe au voussoiement, comme pour s'isoler des émotions de la gadji.

« A prime, vous allez couper le jeu. »

Kerowynn tend la main en inspirant, ferme les yeux et coupe. La Bohémienne reprend le jeu coupé et étale les cartes entre elles deux, face cachée sur le dessus.

« Ores vous allez vous concentrer sur votre état d'esprit, kathe thaj adadives, ici et maintenant, au regard de votre question et me montrer une carte. »

Kerowynn chasse de son esprit les ombres et se concentre, ne pouvant empêcher un visage de flotter. Homme ou tableau ? Elle tend la main et va à l'extrémité gauche.

« Ores songez très fort à ce chemin de coeur, passé, présent et en espoir, aux obstacles et au joies et montrez-moi trois cartes. »

Kerowynn hésite, son visage exprime un vague désarroi. Elle pense à ce qu'elle fût, ce qu'elle a eu. D'espoir point, si ce n'est celui justement de pouvoir espérer. Zivapa prend les cartes indiquées et les pose à part des autres, les disposant en forme de croix. Kerowynn, attentive, observe ses gestes, brise le silence pesant qui la torture un peu en demandant :

« C'est tout mon passé et mon avenir qui sont... là exposés ?
- Sous les faces cachées des arcanes, il y a des symboles que je vais vous lire. Les Tarots mettent en valeur certains des aspects de votre vie, influencée du passé, présente et en devenir. Mais ils ne peuvent tout voir... Voilà comment je procède, Kerowynn : je vais lire chacune des cartes et parfois les associer entre elles. A la parfin, je calculerai votre arcane caché. Bien sûr vous pouvez intervenir quand vous le désirez... La seule vraie lecture, ce soir, c'est vous qui pourrez la faire, en transposant la mienne dans votre vie. Vous vous sentez prête ? »

Kerowynn pose ses mains de chaque côté d'elle et étreint le coussin en opinant.

« Oui, aussi prête qu'on peut l'être. Je suis venue… pour çà.
- Ova, oui da... Ginov, je lis alors... »

Zivapa retourne la première carte, l'annonce et se concentre avant d'en donner lecture.

« C'est le 13e arcane, le Sans Nom. »



« L’Arcane sans Nom, ou la Mort, treizième arcane, est évoqué par un squelette debout sur un champ sombre. Il tient une faux avec laquelle il coupe des pieds, des mains et des têtes. L'aspect macabre de cette lame n'est pas du tout maléfique. »

Kerowynn frissonne, lance un regard troublé à Zivapa.

« Elle ressemble à la mort, elle représente… ce que je suis ?
- Si fait... placé per uci rig, à senestre, elle me parle de vous, ici et maintenant... Si ce que je vais lire ne vous ressemble pas, il faudra me le dire, ce serait que mes Tarots ne parlent pas... Mais n'ayez crainte, le Sans Nom n'a rien de maléfique. »

Kerowynn fait une grimace.

« Enfin, on ne peut pas dire qu'il fasse un effet agréable.
- Avec le Sans Nom, vous êtes placée sous le symbole du Renouveau. Cet arcane indique une libération, un changement important, la fin d'une situation difficile sur votre chemin de coeur. Le Sans Nom exprime l'idée du passé cédant la place au présent. Le Sans Nom me dit que le poids du passé est très fort sur ce chemin et que, d'une manière ou d'une autre, vous devrez vous en libérer pour avancer. Le Sans Nom parle de solitude et je gagerais que vous marchez seule sur ce chemin ? »

La gadji réfléchit quelques instants, puis dit :

« Oui, je marche seule sur le chemin, même si les propositions ne manquent pas et qu'il m'arrive de poser ma tête sur une épaule de temps en temps.
- Mmm... Oui, il annonce une période de solitude avant d'entamer une nouvelle histoire vraie ou bien la transformation d'une relation après une période de séparation...
- Après une séparation ? Non, je ne vois pas... personne qui soit... est ce que cette carte parle au passé ? Parce que j'ai retrouvé quelqu'un mais… »

Gênée, elle gigote.

« …c'est déjà du passé.
- Nenni... elle est fortement liée au passé, mais surtout elle induit une nécessité de se remettre en question, d'accepter ce passé, de vous en libérer pour pouvoir vivre au présent puis passer au devenir. Vous voyez ? »

Kerowynn soupire et s'assombrit.

« Oui, je vois très bien, le passé est lourd. Il faudrait s'en décharger, mais c'est difficile d'être neuf.
- Si cet arcane vous correspond, alors nous pouvons continuer... et oui da, la seule façon avec le passé, c'est de l'accepter comme partie de soi, sinon toujours il nous tire en arrière... Voyons la suivante... »

Zivapa retourne la lame, l'annonce et se concentre.

« C'est le 20e arcane, le Jugement. »



« Le Jugement, souvent associé au réveil des morts ou à la Résurrection, est le vingtième arcane du Tarot. Un ange auréolé sonne de la trompette dirigée vers la terre. Au bas de la lame, un homme et une femme sont face à un enfant. »

Le Jugement. Quelque chose interroge la gadji, ça sonne comme une condamnation des fautes passées.


« Le Jugement... est-il question de balance et de péchés ?
- Mmm... Un peu, si fait... C'est également un symbole de Renouveau. C'est une lame qui exprime aussi la rapidité. Liée au Sans Nom, elle annonce le début de cette nouvelle histoire qui pourrait se présenter sur votre chemin de coeur. Encore une lame liée au passé... Il est vraiment très présent, ce passé. Le jugement exprime la nécessité de faire un bilan de votre vie, d'accepter le repentir et le pardon... de payer pour les fautes commises et de pardonner pour celles dont vous avez été victime... C'est la seule façon d'avancer, de libérer votre coeur et d'être en aptitude d'aimer. Placé po caco va, à dextre, il parle des obstacles... Et dans ce sens, parle de devoir à accomplir, de faute à expier... Il semble que les Tarots voient votre chemin de coeur bloqué par le passé, si fait... Le Jugement vous dit que vous ne prenez pas assez de recul par rapport aux évènements, que vous subissez plutôt que vous n'agissez... »

Kerowynn secoue la tête.

« Le passé est un vieil ami qui me poursuit, et les obstacles... je suppose qu'il faudra bien les affronter plutôt que de laisser le hasard décider pour moi. Les cartes ne sont pas tendres. Elles me montrent comme je suis et non pas comme je voudrais paraître... Pourtant vous savez, j'ai toujours pensé que se laisser guider avait du bon.
- Elles parlent pourtant du devenir, Kerowynn... Il vous faudra encore du temps, je le crains...
- Parce qu'il est moins douloureux de se confier au courant que de choisir. En amour, s'avancer c'est… risquer beaucoup.
- Parfois les Tarots ne sont point complaisants, oui da, et j'en suis bien souvent marrie. Si fait, Kerowynn, si fait, l'amour n'est point art facile... Voyez-vous, il existe parmi les arcanes des paires qui représentent le couple parfait... si vous en avez choisi, ce sera l'espoir d'une rencontre prochaine, sinon, simplement le retard, n’ayez crainte. Mais les Tarots, peut-être, essaient de vous dire que vous vous êtes laissée porter assez longtemps et que si vous voulez avancer, il vous faut trouver votre voie. »

Kerowynn sourit, ne peut s'empêcher de relever.

« Si c'était un art, dame Bohémienne, j'aurais une chance de l'apprendre en m'entraînant beaucoup... mais je suppose que ce n'est pas ce que les cartes veulent dire.
- Nenni... »

Zivapa sourit.

« La prochaine lame va nous parler de vos atouts et des aspects positifs... cela fera avancer notre chemin de lecture.
- Espérons que cette fois quelque chose d'agréable se révèle. Tout de même, ce serait triste de repartir avec pour seul bagage une lutte à accomplir. Et je n'ai pas besoin de tristesse... pour affronter ce qui s'annonce.
- Si fait... je l'espère aussi... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kumpania.niceboard.com
Zivapa
Admin
avatar

Nombre de messages : 440
Age : 50
Localisation : Sur les chemins
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Anjou, Saumur. Consultation de Kerowynn   Mer 27 Juin - 1:21

Zivapa retourne la lame, l'annonce et se concentre.

« C'est le 3e arcane, l'Impératrice. »



« L'Impératrice, troisième lame du tarot, est un personnage féminin couronné. Le visage face à nous, à la fois doux et maternel, révèle le symbole de la puissance, de l'intelligence souveraine. L'Impératrice émet la force paisible de l'action et de la réalisation. »

Kerowynn sourit.

« Elle a bonne mine, celle-ci. Comme quoi, il suffit peut-être de le vouloir… mais excusez-moi. Je vous écoute. »

Elle penche la tête sur le côté, les yeux fixés sur la carte qui semble lui raconter quelque chose de plus doux.

« L'Impératrice ici vous représente, Kerowynn. Elle est symbole d'intelligence et de lucidité. Cet arcane vous montre comment lutter contre les obstacles sur le devenir de votre chemin. Ainsi je le lis : les obstacles principaux viennent de vous-même et c'est par l'intelligence et la lucidité que vous les vaincrez. De plus, l'Impératrice vous encourage à aller vers les autres, vers l'amitié. elle annonce souvent l'arrivée d'une nouvelle, d'un fait nouveau, bon ou mauvais... Sur un chemin de coeur, elle dit aussi que peut-être, les liens d'amour que vous tisserez débuteront par une relation amicale, aisée, des discussions à la franche marguerite... Pas un coup de foudre, non... et l'on rejoint l'idée de transformation d'une relation dont parlait le Sans Nom... Ce qui est certain, c'est que l'Impératrice est bien installée sur son trône. A son image, tout vous pousse dans ces arcanes à vous poser, à prendre le temps de vivre l'amitié, à tisser des liens nouveaux et à faire table rase du passé. »

Kerowynn la regarde les yeux brillants, essaye de ne pas y croire tout à fait.

« Cela correspond à ce que nous essayons de faire. Une troupe, ville constituée de gens libres d'y être. Un rêve né d'une idée de l'amitié et du bonheur. »

Zivapa sourit, ravie.

« Alors les Tarots vous encouragent à poursuivre ainsi. Ils semblent dire : ce n'est point le moment, Kerowynn. Prenez votre temps...
- Le temps... C'est un peu contradictoire, les cartes me parlent d'affronter, et me disent aussi de laisser le temps faire.
- Nenni. »

La gadji rit doucement.

« Me voilà embêtée… et rassurée, je n'aurais pas besoin lors de fourbir les armes de suite.
- Les Tarots vous disent d'affronter votre passé... pour vous en libérer et le Sans nom ainsi que le Jugement disent bien que cela prendra du temps... »

Kerowynn redevient sérieuse.

« Mais pour le devenir sur votre chemin de coeur, là, ils vous disent de patienter pour rencontrer une histoire vraie.
- Vous avez raison, j'ai par trop tendance à n'entendre que ce qui m'arrange.
- Nous le faisons tous...
- Mmm... Oui, pour notre plus grand malheur… Savoir écouter, c'est la seule façon de ne pas parler trop bêtement.
- Voilà qui est sage pensée... Voyons la suivante qui elle va nous parler de votre devenir. »

Zivapa retourne la lame, l'annonce et se concentre.

« C'est le 10e arcane, la Roue de la Fortune. »



« Le dixième arcane du Tarot montre une roue où sont figurés trois animaux. En phase ascendante, c’est un chien pourvu d'un collier, signe de soumission ; au sommet, c’est un sphinx couronné, signe d'accomplissement et en phase descendante, un singe symbolisant la décadence. Ces trois animaux illustrent ainsi un cycle d'évolution où la position dominante est difficile à maintenir, le haut de la roue étant en équilibre instable. La Roue de la fortune est animée par un mouvement rotatif, dans lequel tous événements, expériences, occasions et possibilités futures s'élèvent et retombent, sous la forme de dualités, comme la naissance et la mort, le bien et le mal, l'abondance et la pauvreté, l'espérance et le désespoir. »

Kerowynn regarde cette carte d'un oeil assez amical. Beaucoup plus détendue que précédemment.

« Elle n'a pas l'air non plus de raconter des choses désagréables... une roue, çà me fait presque penser au hasard.
- Si fait, Kerowynn, elle symbolise les cycles de la vie... les éternels cycles... Et elle confirme en cela l'idée que ce n'est point le moment d'une grande histoire. Sur ce chemin, vous aurez des occasions, des opportunités... Nombre de prétendants se présenteront... que vous refuserez ou accepterez. Mais les Tarots n'y voient point l'élu car vous n'avez pas sorti de paire représentant le couple parfait... et j'en suis bien triste... et il ne reste plus que l'arcane caché... Ova, oui, il faudra être patiente... Tant que vous n'aurez pas réglé votre passé, alors votre présent sera votre devenir, Kerowynn. »

La gadji plisse les yeux accusant le coup.

« Eh bien... je venais pour espérer, les cartes me disent d'attendre et point de désespérer. Mais il est vrai que ce n'est pas facile à entendre ici et maintenant. Je voulais croire en quelqu'un, les cartes semblent me souffler de ne pas y penser.
- Elles vous conseillent l'amitié comme espoir... et après l'amour, n'est-ce point là beau sentiment ?
- Oui l'amitié réchauffe l'âme… mais le corps lui demande aussi sa part.
- Pour le... corps... eh bien... »

Zivapa toussote.

« … Il semble que la Roue vous réserve quelques... »

Elle rougit légèrement.

« ... occasions... »

Elle reprend vivement mais Kerowynn relève les yeux.

« Enfin, je ne veux pas dire que... »

Elle bafouille et se trouble.

« Enfin, j'entends par là que le coeur veut battre pour quelqu'un, se lier… Arf...
- Oh... pardonnez-moi... »

Tout en écoutant la gadji, Zivapa additionne les chiffres des quatre arcanes : 13 +20 + 3 + 10 qui font 46 ; 4 + 6 qui font dix...

« Oui, ce n'est pas beau de mentir, et puis vous êtes de celles à qui on peut confier des choses sans crainte.
- Si fait, ici nous sommes entre nous, dans mon petit monde... et femme je suis... »

Elle lui sourit.

« Je comprends...
Votre arcane caché est le 10e arcane, la Roue de la Fortune à nouveau. »



« Le dixième arcane du Tarot montre une roue où sont figurés trois animaux. En phase ascendante, c’est un chien pourvu d'un collier, signe de soumission ; au sommet, c’est un sphinx couronné, signe d'accomplissement et en phase descendante, un singe symbolisant la décadence. Ces trois animaux illustrent ainsi un cycle d'évolution où la position dominante est difficile à maintenir, le haut de la roue étant en équilibre instable. La Roue de la fortune est animée par un mouvement rotatif, dans lequel tous événements, expériences, occasions et possibilités futures s'élèvent et retombent, sous la forme de dualités, comme la naissance et la mort, le bien et le mal, l'abondance et la pauvreté, l'espérance et le désespoir. »

« Placé en conclusion, il vient en insistance mais pour vous rappelez un principe essentiel. C'est vous qui faites tourner la Roue, Kerowynn, et nulle autre, ni les Tarots, ni votre passé. Ce sont vos pas sur le chemin qui le transforment, ce chemin. Vous êtes maîtresse de vos pas et chacun d'eux vous fait avancer.
- Cette Roue, encore... »

Elle regarde ses mains puis la roulotte autour d'elle.

« Ma foi, tout m'indique qu'il faut que j'abandonne le hasard et le choix des autres pour me concentrer sur les miens. Que je fasse l'effort d'aller chercher courage et volonté.
- Si fait, je le cuide... mes Tarots ne t'ont pas délivré le message que tu attendais, gadji, et j'espère que tu n'es pas trop déçue... »

Kerowynn secoue la tête, un peu désabusée.

« Je… j'ai rêvé, mais je pense que les cartes ne font que révéler qu'il ne sert à rien de rêver sans faire. Ce dont je suis peu capable… mais que je vais m'efforcer de... enfin...
- Bakht tu ke, gadji, que la Chance t'accompagne et j'espère que tu me donneras nouvelle dans l'avenir.
- Merci, Dame bohémienne, vous avez éclairé mes pas, ou vos cartes l'ont fait. Je garderais en mémoire ces instants consacrés à mon avenir. J'aurais plaisir à vous revoir, ici, ou ailleurs.
- Et le plaisir sera partagé, gadji. Je m'en vais à la reposée, les lectures me fatiguent grandement. J'espère que les vents feront en sorte que nos pas à nouveau se croisent. »

Kerowynn sourit, malicieuse.

« Ou le hasard… »

Zivapa rit. Kerowynn se lève, regarde une dernière fois autour d'elle et va à la porte.

« Tu y tiens à ton hasard, gadji... mais c'est vrai que deux fois la Roue de la Fortune... il est aussi présent que ton passé... et on peut lui donner divers noms... za devlesa, gadji, au revoir.
- Oui, hasard ou maître, Dieu ou démon... je le chéris, c'est dans ma nature.
- Je te comprends, moi qui suis fille des vents et du voyage.
- A une prochaine fois, si le hasard y pourvoit. »

En riant, elle sort, n'ayant pas trouvé ce qu'elle cherchait, mais autre chose d'aussi précieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kumpania.niceboard.com
 
Anjou, Saumur. Consultation de Kerowynn
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Duché] Château-la-Vallière / Castel-en-Anjou
» [Seigneurie de Brissac] Faye d'Anjou
» Guerre contre la Bretagne et l'Anjou
» Histoire des relations Poitou / Anjou - 09/10/1453
» [Seigneurie de Château-la-Vallière / Castel-en-Anjou] Courcelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kumpania de Zivapa, le campo du repos :: Les Roulottes et les Tentes :: Le refuge de Zivapa :: La roulotte de Zivapa :: Quand Zivapa lit les tarots :: Anjou-
Sauter vers: