Kumpania de Zivapa, le campo du repos

Tsiganes, Roms, Gitans, Manouches, Bateleurs, Voyageurs, soyez les bienvenus
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'arrivée des Roms en Europe

Aller en bas 
AuteurMessage
Zivapa
Admin
avatar

Nombre de messages : 440
Age : 50
Localisation : Sur les chemins
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: L'arrivée des Roms en Europe   Dim 17 Déc - 15:15

La légende Rom dit qu’un un jour, dans un pays lointain, si lointain, une partie des nobles guerriers, "fils de Rama", des cavaliers, ainsi que les clans de forgerons Lohars attachés au service de leurs armes, sont partis vers l'ouest. Ces forgerons sont nos ancêtres et nous sommes experts dans le travail du fer et le commerce des chevaux.. Ils entassèrent leurs biens et leur famille sur des charrettes, semblables aux "gaduliya" des Lohars du Rajasthan et qui sont les premières roulottes.

Progressant très lentement, avec des haltes pendant les saisons des pluies et des neiges, ils sont passés par la Perse puis par le Caucase - Ossétie et Arménie - comme en témoignent les mots d'emprunt dans le vocabulaire, en particulier vordon, terme ossète désignant la roulotte, la "verdine" comme on disait en France.

13e / 14e s. Ils ont franchi le Bosphore.

En 1322, deux moines de Crète, Simon Simeonis et Hugues l'Illuminé, remarquèrent des gens "de la race de Cham", habitant des cavernes ou des tentes à la mode arabe et observant le rite grec. A Modon, port de Morée, on remarqua ces étrangers, forgerons et "noirs comme des Ethiopiens".
Les Tsiganes séjournèrent longtemps en Grèce et dans les pays orthodoxes voisins, adoptant les pratiques chrétiennes.

On note en 1348 en Serbie la présence de "Cingarije" maréchaux-ferrants, payant un tribut de fers à cheval par an.

En 1378, il y a des "Cygani" bouchers à Zagreb.

En 1378, le gouverneur vénitien de Nauplie (Péloponnèse) confirme aux "Acingani" leurs privilèges.

En 1417 on les vit arriver en Allemagne.

En Allemagne, l'empereur Sigismond, aussi roi de Bohême, leur donna en 1418 des lettres de protection. Leur dénomination de Bohémiens remonte sans doute à cette époque.

1418. Peut-être est-ce ce même groupe qui est signalé en Alsace en 1418 puis à Paris.

En 1418-19 en France (Alsace et Mâcon).

22 août 1419. Châtillon-en-Dombes (= Châtillon-sur-Chalaronne dans l’Ain). La troupe est conduite par le « noble Nycola », comte de Petite Egypte Sarrazin. Leur chef présenta des lettres de protection de l’Empereur et du duc de Savoie afin de voyager librement. Les lettres du duc de Savoie sont authentiques.

Octobre 1421. Arras (France). Les registres de l’échevinage de cette ville les décrivent comme ces « merveilles venues d’étrangers du pays d’Egypte. » Ils sont au nombre d’une trentaine et sous la conduite d’un comte de Petite Egypte. Le chef présenta une lettre de l’Empereur, recommandant qu’ils soient accueillis comme de nobles chrétiens. Arras dépendait alors du duc de Bourgogne ; la lettre fut prise en considération.

1421. Tournai. Hainaut.

1422. Troyes (France). Les élus de cette ville traitent avec distinction le « Noble Thomas », comte de la Petite Egypte. Le chef tzigane reçoit « par l’amour de Dieu » une somme imposante, et sa troupe, avec chevaux et bagages, peut circuler où bon lui semble. Cet accueil est habituel au XVe siècle dans les villes d’Europe.

En Italie en 1422.

Certains présentaient des lettres impériales allemandes sans valeur en France ou aux Pays-Bas. Ils prétendaient provenir d'une terre lointaine, "la Petite Egypte", où les Sarrasins les auraient contraints à abandonner la religion chrétienne, et ils se seraient mis en marche pour faire pénitence. Pour le prouver, un groupe, conduit par un "duc de Petite Egypte", se targuait d'avoir obtenu en 1422 à Rome des lettres de protection du pape Martin V, dont l'authenticité est douteuse.

1427. L'arrivée des premiers Tsiganes jamais vus à Paris, causa, en août 1427, beaucoup de curiosité et quelques scandales liés à la sorcellerie et au chapardage. Une chronique décrit ces "hommes noirs", "les femmes les plus noires et les plus laides qu'on puisse voir, les cheveux noirs comme la queue d'un cheval… Pour tout costume une vieille "flaussaie" (étoffe grossière) attachée sur l'épaule par un lien de corde, et pour tout linge un vieux corsage… Il y avait en cette compagnie des sorcières qui regardaient les mains des gens et disaient ce qui leur était arrivé ou arriverait… et par art magique ou par entregent d'habileté, elles vidaient les bourses des gens" (Journal d’un Bourgeois de Paris – 1427). Un passage du « Journal du Bourgeois de Paris » mentionne les anneaux d’argent portés aux oreilles par les hommes. Si bien que l'évêque les excommunia et les fit chasser. Des chefs de groupes offraient leurs services de mercenaires à des princes français Par ce patronage seigneurial, des nobles étaient les parrains d'enfants tsiganes baptisés.


1425. Espagne. De France, des Tsiganes passèrent en Espagne. La première mention en est faite en janvier 1425 quand le roi d'Aragon Alphonse V accorde des sauf-conduits aux "Egyptiens" (Gitanos), des groupes tsiganes qui prétendaient vouloir faire le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Mais leur esprit indépendant, leur conduite déconcertante, leurs errances, leur exotisme, leurs tours de magie ne tardèrent pas à faire naître la méfiance, l'hostilité et la mauvaise réputation.

1454. Zivapa arrive en Bourgogne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kumpania.niceboard.com
 
L'arrivée des Roms en Europe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CR] The eagle and the star : L'europe sauvé par la Pologne
» [RP]L'arrivée
» Arrivée précipitée
» Coupe d'Europe de Plumfoot 2010
» Europe 1400 Mallo Hysteria

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kumpania de Zivapa, le campo du repos :: Les Roulottes et les Tentes :: La roulotte de la mémoire :: Le Peuple Rom-
Sauter vers: